top of page

3 Conseils pour mieux gérer les pressions universitaires



Avez-vous déjà ressenti la pression de réussir un examen ou un projet important ? Ou encore l'anxiété liée à l'incertitude quant à votre avenir professionnel ? Le parcours universitaire est parsemé de défis, et diverses pressions peuvent peser lourdement sur votre performance académique, et plus important encore, sur votre bien-être. Dans cet article, je vous invite à découvrir trois stratégies concrètes pour atténuer les charges universitaires et maintenir un équilibre sain entre vos études et votre bien-être.

Identifier les sources

Il faut d'abord être conscient d'un problème avant de chercher des solutions. Il est donc nécessaire d'analyser et de comprendre d'où proviennent ces contraintes pour ensuite les contrer. Les charges académiques ne se résument pas uniquement aux examens ou aux travaux à rendre.

Elles peuvent aussi être liées aux attentes élevées que vous placez sur vous-même pour réussir, à la peur de décevoir vos proches ou même à la compétition constante avec vos pairs, qu'elle soit réelle ou perçue. De plus, chaque personne peut faire face à des pressions spécifiques liées à votre situation personnelle.

En identifiant clairement vos différentes sources de pressions académiques, vous serez mieux préparé(e) à adapter ces quelques astuces ou à élaborer de nouvelles stratégies personnalisées pour gérer efficacement les défis auxquels vous êtes confronté(e).

Gérer efficacement son temps

Les longues heures d'études et le stress constant peuvent mettre à l'épreuve votre santé physique et mentale. Se donner à 100 % ne signifie pas qu'il faut s'auto-saboter. Essayez de réduire au maximum le nombre de nuits blanches que vous passez à réviser ou à travailler sur un projet. Optez plutôt pour un calendrier de travail bien défini.

Identifiez les moments de la journée où votre productivité est à son apogée et utilisez cette information pour mieux définir votre horaire. Veillez surtout à prendre de courtes pauses régulières pour éviter la fatigue mentale.

Assurez-vous d'être réaliste lorsque vous construisez votre horaire ou calendrier d'études. Sinon, cela ne fera qu'augmenter votre niveau de stress. Priorisez les tâches les plus importantes, car toutes les tâches académiques ne sont pas créées égales et il est essentiel de déterminer quelles sont les plus importantes.

Identifiez les travaux avec des délais imminents, mais ne négligez pas ceux qui nécessitent plus de temps pour être compris en profondeur. La priorisation vous permettra de vous concentrer sur ce qui est essentiel pour éviter la surcharge et la pression inutile1. Soyez conscient(e) que parfois, cela signifie dire non à des engagements extérieurs qui pourraient entraver votre progression académique.

Quand vous avez un calendrier bien établi et flexible, vous aurez le sentiment de tout avoir sous contrôle. Vous n'aurez plus à vous demander « Par quoi devrais-je commencer ? » Si vous souhaitez explorer plus d'astuces pour gérer efficacement votre temps, je vous invite à consulter cet article.

Confiance vs Stress

Vous avez sûrement déjà été dans une situation où vous avez un travail à faire, mais au fond de vous, vous aimeriez que cette tâche soit annulée ou reportée. Et une fois la tâche accomplie, vous ressentez plus de soulagement que de fierté. Cela fait partie des nombreuses manifestations possibles de la peur d'échouer. Vous vous mettez alors à procrastiner et à avoir toutes sortes de pensées négatives, par conséquent votre niveau de stress augmente. Une fois le travail effectué, vous ne ressentez pas de satisfaction pour ce que vous avez fait, mais vous ressentez du soulagement, comme si vous veniez de vous débarrasser d'un fardeau.

La solution la plus efficace – et non la seule – pour surmonter cette crainte de l'échec qui peut se manifester de diverses manières, c'est d'avoir confiance en vous-même. Quelle est la meilleure façon de renforcer votre assurance ? C'est de savoir exactement ce que vous voulez faire ou transmettre !

Pensez à un sujet que vous maîtrisez très bien. Ce serait très facile pour vous de faire une présentation sur ce sujet-là si on vous le demandait. Vous n'auriez probablement effectué aucune préparation. Vous êtes confiant(e) parce que vous connaissez très bien ce que vous avez à présenter.

Par ailleurs, si un(e) étudiant(e) devait exposer un sujet qu'il (elle) ne connaît pas très bien, très vite l'incertitude de cet(te) étudiant(e) vis-à-vis de sa capacité à faire cet exposé laisserait place à une crainte de ne pas être à la hauteur de la tâche. Le stress et l'anxiété s'installeraient par la suite.

Il est intéressant de constater que si l'étudiant(e) en question applique des bonnes pratiques de gestion du temps, et qu'il (elle) consacre quelques heures à la préparation de son exposé, cette crainte de ne pas « être à la hauteur » se transformerait en une assurance de soi solide.

Cherchez du soutien

N'hésitez pas à demander de l'aide lorsque vous en avez besoin. L'université d'Ottawa offre divers services d'accompagnement, tels que des conseillers académiques ou des services d'aide psychologique à tous les étudiants.

Se sentir soutenu(e) peut grandement soulager le stress universitaire. Si vous ressentez le besoin d'échanger sur les défis que vous rencontrez, vous pouvez facilement contacter le Centre de santé et mieux-être étudiant (CSMÉ). Il y a des professionnel(le)s de la santé qui seraient ravis de vous aider.

En suivant ces conseils, vous serez mieux équipé(e) pour gérer les pressions universitaires et maintenir un équilibre sain entre études et bien-être. N'oubliez pas de rester positif et d’avancer une étape à la fois.

 

Asana. (2022). 18 astuces pour bien gérer son temps et autres conseils pour travailler efficacement. Récupéré de [URL : https://asana.com/fr/resources/time-management-tips]

Comments


bottom of page